Documentée et réalisée grâce à l’AERIA (Association pour des études sur la résistance intérieure des Alsaciens), cette exposition a relaté, en 31 tableaux explicites, le parcours des Alsaciens, de 1939 à 1945. Quatre-vingts ans plus tard, Wisches-Hersbach garde intacte la mémoire de ces héros de l’ombre qu’étaient les résistants.

Parmi ceux-ci, et pour ne citer qu’eux, il y a René Stouvenel, garagiste à Wisches et Ernestine Charlier, commerçante à Hersbach, sachant que nombreux furent ceux – citoyens « ordinaires » – qui osèrent résister au rouleau compresseur qu’était le nazisme.

Ce samedi 28 septembre, à 14 h 30, dernier jour de l’exposition, Jean-Marie Esch, ancien professeur d’histoire, a commenté les 31 panneaux au cours d’une visite guidée gratuite, laquelle fut suivie d’une présentation par Christophe Woehrle, historien, de son ouvrage intitulé La cité silencieuse Strasbourg-Clairvivre 1939-1945. Ce livre permet de porter un regard nouveau sur l’histoire exceptionnelle de cet hôpital, lieu de repli de l’hôpital et des Hospices civils de Strasbourg, et sur l’évacuation des Alsaciens dans le Périgord en 1939. Il aide à comprendre comment se sont organisées, au niveau local, la résistance ainsi que la cache des juifs et des réfractaires au STO (Service du travail obligatoire).

DNA-NH 26.09.2019

Catégories : Culture

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 54 = 55