Gare aux tiques !

Un des axes de travail de l’Agence régionale de santé d’Alsace est la prévention des maladies transmises par les tiques. Notre région est particulièrement touchée par la maladie de Lyme.
La région Alsace est la région de France où l’incidence (nombre de nouveaux cas de la maladie par an) de la maladie de Lyme est la plus forte : entre 180 à 232 cas pour 100 000 habitants
(étude CIRE – Cellule de l’InVS en région, 2001-2003). Mais la tique peut également transmettre d’autres maladies : les encéphalites virales dues au virus TBE, l’anaplasmose ou la babésiose notamment.
L’essentiel de la prévention repose sur 3 points essentiels :

  • éviter de se faire mordre par les tiques ;
  • se dépister au retour d’un séjour dans un lieu à risque afin d’ôter la ou les tiques ;
  • se surveiller en cas de morsure par une tique et savoir quand consulter un médecin.

La tique, questions réponses

Pourquoi se méfier de la tique ?
Les tiques sont des vecteurs très importants de maladies en médecine humaine et vétérinaire. Hématophages, elles se nourrissent de sang et vivent aux dépens des animaux et parfois des êtres humains.
C’est lors de leur “repas” sanguin qu’elles peuvent transmettre une variété importante de germes.
En Alsace, la borréliose de Lyme (ou maladie de Lyme) est actuellement la plus préoccupante (environ 3000 cas par an).
A quoi ressemble une tique ?
La tique, dont les variétés sont très nombreuses est un acarien visible à l’oeil nu mais de très petite taille. En Alsace, c’est l’espèce Ixodes ricinus
que l’on rencontre.
La croissance passe par 3 stades : la larve / 0,5 mm (après éclosion de l’oeuf) la nymphe/1mm, l’ adulte / 3 mm mâle ou femelle. Elle peut piquer à tous les stades.
Comment la tique s’accroche-t-elle à l’homme (ou à l’animal) ?
La tique repère sa cible (rongeurs, cervidés, oiseaux… le promeneur) postée sur des herbes ou dans le tapis végétal (feuillesmortes), puis attirée par les mouvements, la chaleur ou le gaz carbonique émis par l’animal ou l’homme, elle s’accroche sur lui. Elle cherche ensuite à piquer préférentiellement les zones de peau humide(pli des genoux, aisselles, organes génitaux, cuir chevelu…) La partie avant de la tique comporte un rostre qu’elle enfonce dans la peau. Ce rostre est hérissé d’épines permettant à la tique de rester fixée dans la peau.
Peut-on éviter le risque de piqûre de tique ?
Si possible, rester sur les grands chemins et porter des vêtements clairs pour faciliter un repérage très précoce, déjà pendant la promenade.
Mais attention ! Des vêtements couvrant bras et jambes n’empêchent cependant pas une tique de se faufiler en dessous. De même, l’utilisation de répulsifs appliqués sur la peau ou sur les vêtements ne protège pas totalement d’une piqûre (aucun produit n’est efficace à 100%).
Comment repérer une tique sur son corps ?
Il est impératif au retour d’une promenade en zone à risque de s’inspecter (ou de se faire examiner par un proche) minutieusement le corps entier, cuir chevelu compris. On peut déjà au cours de la promenade, la repérer sur ses vêtements, ou la sentir progresser sur sa peau. Comme elle n’a pas encore eu le temps de se fixer, ilesttrèsfaciledel’enlever.
Comment enlever la tique ?
Cela se fait par un geste simple à l’aide d’un tire tique ou d’une pince fine. Il est inutile d’appliquer au préalable de l’alcool, de l’huile, de l’éther ou tout autre produit pour l’extraire.
Que faire après une piqûre de tique ? 
Il est indispensable de surveiller la zone de piqûre dans les jours voire dans les semaines qui suivent (entre 3 à 8 semaines). En cas d’apparition d’une plaque rouge s’élargissant progressivement autour du point de piqûre ou d’autres symptômes comme des maux de tête, de la fièvre, une fatigue anormale, des douleurs… il faudra consulter son médecin traitant. En effet, un traitement adapté permettra d’éviter le développement d’une maladie de Lyme ou d’une autre maladie transmise par les tiques.

Le Bowling

Un peu de pub gratuite. Car les initiatives intéressant la vie sociale de notre Vallée méritent toujours d’être signalées.
Le Bowling a toujours souffert du côté de la restauration. Aujourd’hui, avec de nouveaux investisseurs et des locaux remaniés, l’offre de restauration est réelle, et semble plaire. Le nouveau gérant, Anthony Latrèche, propose un plat du jour à 8,50 €, sauf le samedi et le dimanche. Une carte est également proposée tous les jours d’ouverture, du mercredi au dimanche. Et comme la fréquentation semble bien établie, il est enfin possible de penser que la commune a trouvé le bon partenaire. (Alain Huber)

Les Voeux 2014

De nombreux élus étaient également venus, en amis, en voisins, voire les deux ensemble.
Noblesse oblige, c’est le jeune Sébastien Ferry, fils du maire, qui joua l’ouverture. Après avoir salué et présenté ses vœux à l’assistance, il a dévoilé succinctement le programme de la soirée. À la fin de son propos, il a souhaité que les prises de paroles des divers intervenants soient brèves car, comme il l’a souligné avec humour, « dans le mot discours, il y a court… ».
Politique et élus passés à la moulinette
Autre innovation, c’est la jeune troupe des « Ajit’acteurs » de Pierre Scheidecker, directeur de la troupe, qui a donné son point de vue sur la vie politique actuelle, nationale ou locale.
En quatre sketches, courts et bien balancés, ils ont mis en opposition la force d’un petit papillon à la fragilité d’un rond-point supposé renforcer la sécurité routière. Ils ont abordé aussi le sujet de la future piscine intercommunale, laquelle, dans l’hypothèse où elle se construirait, obligerait les contribuables à se baigner nus… ou en string.Enfin, d’un ton badin, la politique, les élus et les employés municipaux ont été passés à la moulinette.
Réengagement pour 2014
Après avoir salué, remercié et présenté ses vœux de bonheur et de prospérité à toute l’assistance, Alain Ferry a fait le bilan de l’année écoulée. Le maire a cité quelques-unes des réalisations de 2013, telles la fin des travaux d’agrandissement de la mairie, la mise en œuvre du chantier de la nouvelle médiathèque « La Locomotive », dans l’ancienne gare de Wisches, la réfection d’une tranche du réseau d’eau potable, chantiers subventionnés par le Département et la Région.
Il a tenu à saluer aussi le courage et l’engagement des acteurs économiques, sociaux et associatifs qui travaillent, tout au long de l’année, au bien collectif.
En confirmant son engagement pour 2014, il a affirmé garder intacte sa passion pour Wisches-Hersbach. « Je sais ce que je dois à ma commune et à mes concitoyens qui, depuis mon entrée en politique, voilà 25 ans, m’ont toujours fait confiance, m’ont soutenu dans mes choix et épaulé dans mes actions ». Pour conclure son propos, il a mis l’accent sur l’Europe et la réconciliation entre les peuples, en déclarant que « la réconciliation, cela commence par savoir se réconcilier avec son voisin, tout simplement ». (Nicole Huber / 26.01.2014)

Inauguration de la mairie

 

Après une bonne année de travaux, la « nouvelle » mairie de Wisches a été inaugurée ce dernier samedi, par le sous-préfet Mohamed Saadallah en présence de nombreux invités.
Nouvelle mairie parce que totalement différente avec des volumes intérieurs réaménagés, et des extensions, dont une très belle salle du conseil que l’on croirait construite autour de l’exceptionnelle table qui accueillera dorénavant les élus pour leurs réunions. Des dégagements spacieux, une décoration « zen » et une galerie de portraits qui rappelle aux wischois les maires qui se sont succédés ici.
Dès avant 10H30, le public a commencé à s’approprier les lieux, en partant spontanément à la découverte des locaux. Et puis, les couloirs se remplissant vraiment, il était temps de passer à la partie protocolaire de l’inauguration. C’est donc dans une joyeuse bousculade que le ruban fut coupé et débité avec dextérité par le représentant de l’Etat. Une sculpture, lauréate du concours organisé lors de la dernière édition « De L’Art et du Cochon » est ensuite dévoilée et présentée au public par Nicole Huber, la municipalité continuant sa démarche d’enrichissement des lieux publics par des oeuvres aux inspirations très diverses.
C’est la nouvelle salle du Conseil qui reçoit tous les invités à l’heure des discours. Alain Ferry, rappelle la genèse de cette réalisation, qu’il avoue ne pas avoir souhaitée à l’origine. Se qualifiant de « très économe », et même plus. Mais c’était sans compter sur la persévérance d’André Schaeffer et des autres élus … qui ont fini par convaincre le récalcitrant. Quelques années plus tard, Alain Ferry est fier de la réalisation, aujourd’hui la bienvenue, lui qui aimait dire qu’une nouvelle mairie ne se ferait que pour son successeur !
C’est un homme heureux qui évoque les grands anciens, et qui se félicite de pouvoir aujourd’hui se consacrer entièrement à sa commune. Qui loue l’architecte pour la réussite de l’intégration de l’extension au bâtiment ancien qui garde toutes ses caractéristiques, tout en répondant aux critères d’accessibilité aux handicaps. Qui enfin, présente avec gourmandise l’ouvrage collectif retraçant les huit cents ans de l’histoire de Wisches-Hersbach, coordonné par Claude Keiflin, depuis longtemps fidèle du maître de maison.
Bien sûr, il y eut d’autres discours. Celui de Frédéric Bierry, qui en compagnie de Michèle Paget se souvient avec une certaine émotion des temps héroïques pendants lesquels ils exerçaient, dans des conditions très spartiates, leur fonction d’attaché parlementaire et de secrétaire du jeune député d’alors. Puis Marie-Reine Fischer pour la Région, et Laurent Furst le suppléant que le député Alain Ferry souhaitait voir éclore.
Pour conclure, Mohamed Saadallah rappelle que la Mairie est un lieu hautement symbolique, intimement lié à la vie quotidienne des citoyens, finissant par un hommage aux élus locaux : « qui sont les hussards de la République, le premier recours et le dernier rempart » (A.Grisé)